Peu d’entre nous le savent, la première convention entre le département de la Justice et l’Ordre des Avocats du Barreau de Liège a été signée le 10 février 1935.

Selon cette convention, il était mis à disposition du Barreau des locaux « pour le service de la bibliothèque avec chauffage, éclairage et entretien des locaux » tandis qu’en « compensation, l’Ordre des Avocats du Barreau de Liège aura l’obligation de mettre à la disposition des Magistrats du Tribunal Civil, du Parquet de Monsieur le Procureur du Roi, des Référendaires du Tribunal de Commerce, de l’Auditorat Militaire, les livres de la bibliothèque du barreau ».

Mais l’époque n’est toutefois pas à la proximité puisque cette mise à disposition de la magistrature des livre de l’Ordre doit se faire « dans un local spécial réservé uniquement à Messieurs les Magistrats ».

A cette époque la Cour d’Appel dispose quant à elle de sa bibliothèque personnelle accessible aux seuls magistrats de la Cour et du Parquet Général.

Après la seconde guerre mondiale, les magistrats de la Cour et du Parquet Général font appel au personnel du Barreau pour réorganiser leur bibliothèque dont ils avaient été privé pendant la guerre, réaliser le classement, assurer le réassortiment,…

Une telle surcharge de travail allait engendrer un coût que le Barreau ne pouvait assumer et un projet de fusion des deux bibliothèques fut donc discuté.

Plus précisément, la propriété des collections n’était pas aliénée et la Cour conservait à sa disposition propre un certain nombre d’ouvrages « de consultation quotidienne » dont notamment la jurisprudence de la Cour d’appel de Liège.

Cette seconde convention fut signée le 12 avril 1949. Si les magistrats de la Cour et du Parquet Général ont accès à la bibliothèque du Barreau, ils continuent à y jouir d’un local qui leur est exclusivement réservé.

En compensation des services rendus par le personnel de l’Ordre, une somme de 50.000 francs belges est mise à disposition du Barreau par le Premier Président, cette somme correspondant au subside lui alloué par le département de la Justice. Ce subside fut porté à 100.000 francs belges en 1967.

Retour en haut

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire