Notre épopée fût de courte durée mais de grande qualité. Les braves qui ont parcourus 900 km pour profiter de 3 jours de glisse n’ont certes pas été déçus.

Dès le premier soir, les vieux comparses se sont retrouvés et les nouveaux venus ont été intégrés à coups de vin blanc bien frais, les anciens présidents veillant à sustenter la relève.

Sous l’égide du général Dembour, les skieurs s’en sont donné à cœur joie sous un soleil radieux. Le temps glacial (- 20 °C sur les sommets) ne les a pas découragé et même les moins expérimentés se sont frottés à la piste noire olympique. Peut-être évidemment la pression des hauts gradés en a-t-elle convaincu certains.

Rien d’étonnant de les voir profiter le soir venu d’un repos bien mérité et bien arrosé. Ils garderont un souvenir ému de leur souper savoyard : tartiflette en entrée, fondue en … seconde entrée, raclette en guise de plat et une petite tarte aux myrtilles pour tasser tout ça.


Maître Lechanteur, organisatrice de cette édition des skis du jeune barreau, a été chaleureusement remerciée par un Bernard Perin, en verve. Qui a dit qu’il était impossible d’improviser un poème en Alexandrin à la gloire de notre femme bionique ?

Ces petits excès n’ont évidemment pas empêché les plus téméraires de se livrer le lendemain à du hors-piste de compétition, qui a conduit les autochtones à s’émerveiller devant le déhanché inné de Maître Leduc.

Le séjour s’achève déjà sur une rencontre inoubliable avec des scots délurés. Une compétition de chants et de déguisements s’installe entre les amis du whisky et les supporters du peket. Les valeureux liégeois l’ont évidemment emporté haut la main grâce aux vocalises bien placées d’Isabelle Hock, aux chorégraphies scouts de Jonathan Wildemeersch (sous le regard perplexe d’un certain gentleman) et aux acrobaties involontaires d’Olivier Evrard (la table s’en souvient encore).

 

Félicitations en passant  à notre Président qui concilie à merveille vacances en famille et port du tutu en tulle !

Un seul regret, révélateur d’ailleurs de la qualité de ces vacances : la brièveté du séjour. Une semaine complète serait loin d’être trop longue avec des compagnons aussi complémentaires et attachants.

Vivement l’année prochaine !

 

Jessica LOLY

Retour en haut

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire